Statue garibaldi

Histoire de Statue garibaldi à Nice

Garibaldi, dit Pupin, est un républicain né à Nice en 1807. Après s'être fait exilé, il se réfugie en France en 1834, puis se retrouve au Brésil où il participera aux guerres d'indépendance des Etats d'Amérique du Sud. Lorsqu'il rentre en Europe, il devient chef d'un mouvement révolutionnaire italien. Il combat alors pour l'unité italienne contre l'Autriche, et refuse la cession de Nice et de la Savoie à la France en 1860. En 1861, il remet le royaume de Naples au roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II. Voulant offrir son aide à la France Républicaine, il arrête les Allemands à Dijon avec 5000 "chemises rouges" en 1871, ce qui lui vaudra d'être élu député dans quatre départements français mais refuse ses mandats. Il s'exile alors définitivement sur l'île de Caprera où il finira ses jours le 2 juin 1882. Le 6 juin 1882, le Conseil municipal décida d'ériger un monument. On retiendra le projet d'Antoine Etex qui sera achevé par son élève Gustave Deloye. Il fut inauguré le 4 octobre 1891 au moment où les relations franco-italiennes étaient tendues. Garibaldi debout tourné vers l'Italie, vêtu de la chemise rouge, main sur le sabre, manteau rejeté sur l'épaule gauche et retombant à terre en long plis. Le piédestal est porté par un navire au milieu d'un bassin orné sur le devant de deux femmes berçant un enfant. A droite et à gauche, deux lions sont couchés sur des canons, ils seront une allégorie des fils de Garibaldi. L'arrière du piédestal est orné d'un bas-relief : "Les nations dans Nice la Belle".

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Statue garibaldi