Campo santo monumentale

Histoire de Campo santo monumentale à Pise

Les tombes s’accumulant autour de la cathédrale, il était nécessaire de créer un cimetière ; la construction du cloître commença en 1278 avec l’architecte Giovanni di Simone. Mais la construction fut arrêtée après la défaite de la Meloria en 1284, et ne reprit qu’au cours du XIVe s. Au cours de la construction du cloître, à partir de 1360, les grands peintres Buonamico Buffalmacco et Francesco Traini, commencèrent déjà leurs grandes fresques : « Trionfo della Morte » et « Crocifissione ». Puis ce fut le tour d’Andrea Bonaiuti, Antonio Veneziano (Storie dei santi Efisio e Potito), Spinello Aretino (Storie dell'Antico Testamento), Taddeo Gaddi (Storie di Giobbe) et Piero di Puccio (Storie dell'Antico Testamento) et Benozzo Gozzoli. Le cimetière compte une grande partie des personnalités de la ville pour lesquels on a parfois réutilisé des sarcophages romains ; il fut longtemps très visité en raison de ses nombreuses œuvres d’art. Les murs de l’extérieur portent 43 arcs aveugles ; la porte d’entrée est surmontée d’un magnifique tabernacle gothique. L’intérieur est un cloître entouré d’arcs en ogive fractionnés verticalement par de fines colonnes jointes par de jolis remplages. Les tombes des personnages « importants » se trouvent au centre, sauf ceux qui sont dans des sarcophages, mis à l’abri sous les arcades qui contiennent les personnes moins « importantes ». Il faut aussi aller voir les chapelles qui contiennent de nombreuses œuvres d’art : impossible de les citer toutes. Les fresques sont petit à petit restaurées et remises en place après le désastreux bombardement de 1944.

 

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Campo santo monumentale