Rue de la juiverie

Histoire de Rue de la juiverie à Nantes

Au Xe s., la communauté israélite s’installe dans cette rue qui existait déjà ; la dénomination Juiverie désignait le quartier où résidaient les Juifs et n’avait rien de péjoratif. Les Juifs avaient obtenu le droit d’avoir leur propre sénéchal et des juges qui appliquaient leurs lois. Ils payaient au Comte une taxe qui garantissait leur protection. Chaque soir, la rue était fermée des deux côtés par une chaîne. Comme l’église catholique ne permettait pas les prêts avec intérêt, les nobles s’adressaient aux juifs pour obtenir des prêts ; après les croisades, de nombreux nobles étaient lourdement endettés. Pour les soulager de ces dettes, Pierre I de Bretagne expulsa tous les Juifs de la ville et annula les dettes des nobles ; plusieurs Juifs furent tués à cette occasion. La rue a gardé son nom malgré le départ de tous les Juifs. Elle contient plusieurs maisons intéressantes. La belle maison du n° 7,  à colombages et encorbellements, construite au XVe s., est classée monument historique ; la maison n° 9, également du XVe s., et à colombages, a des arcs en anse de panier et des poteaux moulurés. La maison n° 4 a des mascarons en façade et la maison n° 5 a un escalier en bois du XVIIe s. ; la maison n° 10 a une porte en bois du XVIIe s. et la maison n° 11 a des bas-reliefs dont il est bien difficile de comprendre la signification. Le passage Bouchaud relie cette rue à la rue de la Marne.

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Rue de la juiverie