Les fortifications allemandes (fronts nord et nord-ouest)

Histoire de Les fortifications allemandes (fronts nord et nord-ouest) à Strasbourg

Des fortifications construites après l'annexion de 1871

Dès l’annexion de 1871, les autorités allemandes entreprennent la construction de nouvelles fortifications ; celles-ci ne reprendront pas le tracé ancien, mais seront d’emblée élargies afin d’intégrer de nouveaux quartiers. Cette campagne de construction se déroule entre 1875 et 1884 : la nouvelle enceinte, précédée d’un fossé en eau, suit un tracé polygonal : courtines et bastions alternent, ces derniers fréquemment doublés d’une plate-forme appelée "cavalier". Le mur n’est pas partout revêtu de maçonnerie ; il présente le plus souvent l’aspect d’un haut talus, sur lequel les artilleurs peuvent prendre place en cas d’attaque. Les portes qui le jalonnent ouvrent sur des poudrières, des entrepôts et même des casernes.

Rue du Rempart, derrière la gare de Strasbourg, une piste cyclable permet de longer plusieurs de ces ouvrages, et d’emprunter l’imposante Kriegstor, la seule des portes monumentales qui subsiste encore de nos jours. Les ouvrages de fortification sont aujourd’hui pour partie réhabilités, le bastion 14 accueille notamment des ateliers d’artistes.

Pistes cyclables et jardins familiaux sur l'ancien glacis

Au-delà des fortifications s’étendait un vaste terrain à découvert, appelé "glacis". Sur le front ouest, celui-ci est encore bien visible ; mais il est aujourd’hui planté d’arbres : une ceinture verte sépare ainsi le quartier de la gare de Strasbourg de ses faubourgs (Cronenbourg, Koenigshoffen et la Montagne verte). Aménagé en promenade, l’ancien glacis est traversé par des pistes cyclables et accueille aussi des jardins familiaux et des équipements scolaires.

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Les fortifications allemandes (fronts nord et nord-ouest)