Place de la république

Histoire de Place de la république à Strasbourg

Un point de jonction entre la cité historique et la nouvelle ville (Neustadt)

Après son annexion au IIe Reich des Hohenzollern en 1871, Strasbourg prend des allures de capitale par l'adjonction d'une "nouvelle ville" qui se juxtapose à l'ellipse insulaire ancienne en la préservant.

Les villes du Reichsland sont dotées de nouveaux bâtiments publics en nombre, tous à la fois monumentaux et fonctionnels. Strasbourg promue au rang de capitale connait alors un essor sans précédent en triplant sa superficie. Avec l'arrière-pensée politique de favoriser l'intégration de la métropole au Reich par le biais de l'architecture, le chancelier de Guillaume 1er, Bismarck, voulait l'ériger en une véritable vitrine de l'Empire, tout en effaçant rapidement les traces des bombardements dévastateurs de 1870.

Le point d'orgue du projet urbain prend la forme d'une via triumphalis d'une perspective toute classique : la Kaiser-Wilhelm-Strasse (avenues Schoelcher et de la Liberté), qui relie le nouveau campus universitaire et le palais impérial.

La place de la République, centre politique et stratégique du nouveau Strasbourg

L'ancienne Kaiserplatz (place de la République) représente la pièce maîtresse urbanistique du nouveau Strasbourg, véritable centre politique et stratégique regroupant le palais impérial, en soi un manifeste progermanique monumental, la diète d'Alsace-Lorraine et deux ministères, plus une bibliothèque universitaire. Un monument aux morts de la guerre de 1914-1918 "tombés sous les deux drapeaux" remplace la statue équestre de Guillaume 1er qui trônait au centre du parc circulaire planté de ginkgos biloba qui auraient été offerts à Guillaume II par l'empereur du Japon.

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Place de la république