Chapelle notre dame de bon secours

Histoire de Chapelle notre dame de bon secours à Montréal

Elle a été construite en bois à partir de 1655 sous l'impulsion de Marguerite Bourgeoys, première institutrice de Ville-Marie, qui a fondé la Congrégation de Notre Dame. La chapelle offrait aux habitants un lieu de pèlerinage sûr, au voisinage des habitations. En 1675, elle fut reconstruite en pierre, mais un incendie la détruisit en 1754. Elle fut reconstruite à nouveau, puis agrandie entre 1886 et 1891 ; les fresques du plafond qui représentent des scènes de la vie de Marie sont de François-Edouard Méloche. Le petit musée voisin est un musée d'histoire et d'archéologie : on y voit les fondations de la première chapelle, les pieux de la première palissade en bois qui entourait le site initial et des objets de campements amérindiens vieux de plusieurs siècles. Sont rassemblés également des objets liés à la vie et à l'œuvre de Marguerite Bourgeoys, femme de courage et de compassion, des objets d'art, des objets liturgiques et plus généralement des objets qui illustrent la vie des premiers habitants. L'arrière de la chapelle du côté vieux port n'est pas très belle et apparaît comme un entassement d'étages hétéroclites ; il est surmonté par une statue impressionnante de Marie. Au XIXe siècle, la chapelle est devenue un lieu de pèlerinage pour les marins, qui venaient remercier la Vierge d'avoir échappé à une tempête et d'être arrivé à bon port.

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Chapelle notre dame de bon secours