Le sanctuaire jongmyo

Histoire de Le sanctuaire jongmyo à Séoul

C’est un sanctuaire confucéen construit en 1395 sur ordre du roi Taejo, pour conserver les tablettes des rois de sa dynastie. Une tablette est un panneau calligraphié utilisé pour marquer la présence d’une divinité, ou dans le cas présent de l’âme d’un roi. Au début, il y eut 7 pièces, chacune étant destinée à un roi et à sa reine. Des pièces furent rajoutées par la suite pour conserver la mémoire des rois successifs ; le complexe arriva ainsi à compter 19 pièces. Les Japonais le détruisirent en 1592, mais il fut reconstruit à l’identique en 1601 ; les tablettes, cachées par un paysan, avaient pu être sauvées. C’est ce sanctuaire qu’on voit aujourd’hui. Tous les ans, au mois de mai, a lieu une commémoration en l’honneur des rois ; les prêtres y pratiquent un rituel complexe, dont un rituel de musique et de danse fait appel au Jongmyo Jeryeak, une musique de cour d’origine chinoise. Après deux bassins aux lotus, on peut d’abord voir le sanctuaire du dernier roi goryeo, avant d’aller vers la partie centrale du sanctuaire caractérisée par une cour dallée surélevée et une très longue rangée de 19 oratoires précédés par un couloir où étaient disposées les tables des offrandes. Il y a également une pièce qui contient les tablettes de sujets de grande valeur. Le complexe est un lieu d’une grande simplicité et empreint d’une solennité impressionnante.

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Le sanctuaire jongmyo