Wat arun

Histoire de Wat arun à Bangkok

Lorsqu’en 1769, le roi Taksin établit sa capitale à Thonburi, il restaura et développa ce temple qui existait déjà depuis longtemps, et le dédia au dieu Aruna, un dieu hindou associé aux rayons du soleil naissant. Effectivement, les rayons du soleil naissant se reflètent dans l’eau de la rivière Chao Phraya et illuminent les bâtiments du temple. Il fut un moment délaissé, puis Rama II le restaura au début du XIXe siècle, fit construire des flèches et éleva la pagode centrale à une hauteur de 70 m. Cette pagode est l’élément marquant du complexe : il s’agit d’un prang, sorte de pagode en forme de stupa, incrustée de faïences de couleur. Ce prang est entourée de 4 prangs plus petits, décorés de coquillages et de morceaux de porcelaine. Le prang central est surmonté d’un trident à 7 pointes qui rappelle le trident de Shiva. A sa base, sont représentés des soldats chinois et des animaux ; ce premier niveau symbolise la terre. Au milieu le dieu Indra chevauche l’éléphant blanc Erawan ; il représente un lieu où tous les désirs sont exaucés. Le dernier niveau loue le ciel avec ses 6 niveaux. Au bord de l’eau 6 pavillons chinois sont pourvus de ponts d’accostage. L’Ubosot voisine possède un toit avec une flèche centrale, décoré de céramique colorée et de stucs. Deux démons gardent le temple.

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Wat arun