Histoire de lanzarote

Histoire de Histoire de lanzarote à Lanzarote

Phéniciens et Grecs : Il est possible que les Phéniciens, qui se sont installés vers – 1000 dans l’île de Lanzarote, île des Canaries la plus proche de l’Europe, aient été les premiers hommes à y vivre. On a trouvé des vestiges de cette civilisation près de l’actuelle Teguise. Les écrivains et philosophes grecs Hérodote, Platon et Plutarque ont par ailleurs évoqué le « Jardin des Hespérides », pays de la Fertilité, où poussaient les fruits et les fleurs dans la brise de l’Atlantique. Homère également décrit dans l’Odyssée un lieu paradisiaque (les Champs Elyséens), mais on ne sait pas de quelle île il s’agit.

Majos : Vers – 500, une population d’origine berbère s’installa à Lanzarote, et forma le noyau aborigène de l’île, la tribu des Majos. Les Berbères venaient d’une zone allant de la Tunisie au Maroc actuels et de la méditerranée au sud du Sahara. Il y a une similitude entre l’habitat des Guanches et l’habitat qu’on trouve encore dans l’Allas marocain ; les peintures rupestres également présentent des similitudes avec celles qu’on a trouvées dans l’Atlas ou la Kabylie, qui présentent des symboles podomorphes. Les céramiques sont proches de celles qui ont été produites dans des contrées sahariennes. L’écriture ressemble à l’écriture lybico-…..Les maisons avaient une partie en dessous du niveau du sol. Les Berbères semblent avoir été influencés par la culture punique et aussi dans une moindre mesure par la culture latine. Ils étaient polythéistes et adoraient la lune, le soleil et les éléments de la nature comme les montagnes et les cours d’eau ; on a découvert de nombreux lieux sacrés. On a aussi trouvé des idoles en pierre comme l’idole de Zonzamas. Prières, rituels, offrandes étaient pratiqués comme dans la plupart des civilisations

Romains : Les premières descriptions des îles Canaries sont de Pomponius Mela, de Pline l’Ancien dans « Naturalis Historia » et de Claudius Ptolemaeus, qui permettent d’identifier certaines îles Canaries. D’après Pline, la première expédition sur les Canaries fut celle du roi de Maurétanie Juba II : les « Insulae Fortunatae » sont désignées par Canaria (Gran Canaria), Ninguaria (Teneriffa), Inacessa (La Palma), Iunonia (Lanzarote et Furerteventura) etc…On a trouvé des vestiges romains du 1er siècle avant JC sur Lanzarote.

La redécouverte : Après la chute de Rome, les îles Canaries sombrèrent dans l’oubli et ne furent redécouvertes que vers l’an 999 par Ben Farroukh qui les nomma « Iles Heureuses ». En 1336, le Génois Lanzarote da Framqua, alias Lancelotto Malocello, dirigea une flotte qui partit de Lisbonne pour aller à la découverte de nouveau pays en dessous de l’Afrique du Nord. Il redécouvrit les îles Canaries et s’installa momentanément dans l’île à laquelle, il donna son prénom. Il construisit un petit fort près de l’actuelle Teguise sur la Montaña de Guanapay.

La colonisation européenne : Attiré par des matières premières de valeur comme le carmin, produit grâce à un parasite, Jean de Béthencourt entreprit en 1402 une expédition sur l’île de Lanzarote, financée par le roi Enrico III de Castille. Il convainquit le roi majo Gardafia de l’île d’accepter une gestion commune de l’île, en lui promettant de l’aide contre les Portugais et les Espagnols qui venaient y chercher des esclaves. Avec l’aide des Majos, il construisit un fort dans la plaine du Rubicón. Puis il alla conquérir les autres îles, mais n’y arriva pas complètement par manque de soldats. Il revint en Espagne et y resta 2 ans ; pendant ce temps, un de ses lieutenants se rebella et envoya des Guanches en esclavage en Espagne. Cela déclencha une révolte des Guanches de l’île de Lobos, puis des combats entre eux et les Majos de Lanzarote. Petit à petit, l’Espagne prit complètement possession des îles et l’église s’en mêla en convertissant le plus possibles d’indigènes au catholicisme. 

Les pirates : La vie s’organisa alors sur l’île de Lanzarote, mais elle fut constamment perturbée par d’interminables attaques de pirates berbères qui pillaient, saccageaient, incendiaient, tuaient, et emmenaient les habitants en esclavage. Cela ne cessa vraiment que quand la France eut envahi l’Algérie en 1831.

Catastrophes naturelles : Entre 1730 et 1736, sur une longueur de 18 km, 32 volcans se formèrent, dont le Timanfaya, et la lave formée par leurs éruptions couvrit un quart de la surface de l’île, détruisant les sols les plus fertiles et quantité de villages. La moitié de la population émigra sur la Gran Canaria. En 1768, une terrible sècheresse causa de nombreux morts et une bonne partie des habitants émigra vers Gran Canaria, Cuba et l’Amérique du Sud. En 1824, il y eut encore une éruption du côté de Tiagua, mais avec beaucoup moins de conséquences. 

L’époque actuelle : L’île ne fut jamais riche, mais la situation s’améliora beaucoup depuis le développement du tourisme qui amène énormément de monde sur Lanzarote comme sur les autres îles Canaries. 5 millions de passages sur l’aéroport d’Arrecife !

 

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Histoire de lanzarote