Histoire de nantes

Histoire de Histoire de nantes à Nantes

Préhistoire : On a trouvé peu de vestiges de l’âge de pierre : quelques outils comme des lames, des bilames, des haches ; la population était peu importante à cette époque. Mais à l’âge du bronze, vers – 2000, la présence de mines de fer et de cassitérite (utilisée pour en extraire l’étain qui, en alliage avec le cuivre, donne le bronze) attira des hommes venant notamment de la péninsule ibérique. On a découvert des ateliers de métallurgie datant des VIIe et VIIIe s. avant JC. Les Celtes namnètes s’installèrent dans la région à partir du Ve s. avant JC ; ils apportèrent la métallurgie du fer. 

Antiquité : En – 56, les Namnètes furent vaincus par les Romains ; ces derniers développèrent la ville de Condevicnum qui devait devenir Nantes, et la ville voisine plus importante de Ratiatum (ancêtre de l’actuelle Rezé). A partir du IIIe s., Condevicnum, qui était devenue plus importante que Ratiatum, devint Portus Namnetum. La ville avait commencé à se développer sous Auguste, à l’endroit où se trouve aujourd’hui le quartier du Bouffay. Il y avait des temples de Mars, Vulcain, Minerve et Cérès, des basiliques, un aqueduc et des thermes publics. 

Les invasions : A partir du IIIe s., en raison des invasions germaniques, Nantes s’entoura d’une muraille. La ville commença aussi à être christianisée par des missionnaires venus de Tours et Angers : Similien qui deviendra évêque, et les martyrs Donatien et Rogatien. A partir de Constantin, le christianisme devient religion officielle et une cathédrale est construite à Nantes vers 350. Les invasions se succèdent : Saxons (autour de 280), Francs, Alamans.

Le Moyen âge : Les Francs dirigés par Clovis envahissent Nantes vers 476 ; la ville joue le rôle de rempart contre les velléités d’expansion des armoricains et des soldats bretons venus de l’actuelle Grande Bretagne. Ces derniers avaient été installés par l’empire romain en 280, pour contrer les attaques de pirates saxons. Nantes devient la capitale de la Marche de Bretagne sous Charlemagne. (Dans un régime féodal, une marche est un territoire situé en bordure d’un Etat, dont l’autorité est confiée à un marquis ou un margrave).

A la mort de Charlemagne, les Bretons d’Erispoë envahissent Nantes et Rennes et les incorporent dans la Bretagne qui devient un royaume. Mais les rivalités au moment des successions affaiblissent le royaume et permettent aux vikings de faire de nombreuses incursions. Ces derniers prennent Nantes en 919 et y restent jusqu’en 937 ; ils en sont alors chassés par Alain Barbetorte. Il est nommé duc de Bretagne.

Guerres de succession : Commence alors une longue période de troubles et de guerres de successions dues à des rivalités entre souverains et pays ; cette période ne s’achève qu’en 1488, quand Nantes est conquise par le roi de France. La duchesse Anne de Bretagne épouse le roi de France Charles VIII en 1491, puis le roi Louis XII en 1498. En 1532 sa fille Claude de France fait don du duché de Bretagne à son mari François I. Nantes se développe alors grâce à l’activité de son port.

Guerres de religion et traite des esclaves : La ville est majoritairement pro catholique et elle n’accepte qu’à contrecœur l’Edit de Nantes promulgué en 1598. L’Edit de Fontainebleau promulgué en 1685 par Louis XIV est plus proche de ses opinons. Elle profite du Code Noir qui, tout en admettant hypocritement que les Africains sont des hommes dotés d’une âme, n’en accepte pas moins l’esclavage. Nantes devient alors une ville prospère par le commerce du sucre, du tabac et des esclaves. La traite des Noirs dura de 1685 à 1831 et enrichit considérablement les armateurs et la ville ; les bateaux nantais transportèrent 450000 esclaves, même au-delà de la date de l’interdiction (1814), soit 42% de la traite française. Elle permit la construction de la bourse, du Théâtre, de places et de nombreux hôtels particuliers.

Révolution : Au cours de la révolte de la Vendée contre les troupes de la Révolution, Nantes prit le parti de la Révolution et résista à une attaque vendéenne, ce qui priva les Vendéens d’un port où ils auraient pu recevoir de l’aide de l’Angleterre. Une terreur impitoyable fut instaurée à Nantes où près de 10000 Vendéens furent exécutés. 

 

Développement : Nantes s’industrialisa  et développa son  industrie alimentaire grâce à son agriculture prospère : biscuiteries, conserveries, textile, raffinage du sucre, engrais phosphatés, armement, fonderie, chantier naval. Elle fut la première ville à se doter d’un tram et construisit un pont transbordeur impressionnant. Des inondations très fréquentes vinrent altérer ces succès au XXe s., mais des travaux furent entrepris pour maîtriser ces inondations.

Guerre : Dès 1940, Nantes est occupée par l’armée allemande ; en 1941,  un commandant allemand est abattu par la résistance et 50 otages sont exécutés en représailles. En 1943, deux bombardements des alliés sont particulièrement meurtriers : 1500 morts, 2500 blessés civils.

Après-guerre : La ville peine à se restructurer : les chantiers navals ferment en 1985. Mais le dynamisme revient : création de nouveaux quartiers, installation d’un nouveau tramway, mise en valeur du patrimoine, le TGV passe par Nantes, construction du pont de Cheviré, Nantes est la 3e place financière de France, son MIN est le second après Rungis, le port de Nantes-Saint Nazaire est le 5e de France. En plus, la ville organise des festivités et des festivals multiples : Carnaval, Royale de Luxe (une compagnie de théâtre organise des événements dans la rue), Festival des Allumées, (accueil de 6 artistes d’un port étranger), Folle Journée (musique classique), Festival des 3 Continents (festival de cinéma).

Contenu éditorial Do Tours ©

Localisation de Histoire de nantes