Histoire de Montréal

Montréal à travers le temps

Les archéologues pensent que la région de Montréal était occupée depuis le IVe millénaire avant JC, mais aucun vestige d'occupation humaine de cette époque n'a pu être trouvé. Les premiers vestiges remontent à quelques siècles avant 1600. Quand Jacques Cartier arrive sur le site de Montréal en 1535, il y rencontre un village fortifié de 1500 Iroquois : Hochelaga.

En 1605, Samuel de Champlain explore le fleuve Saint Laurent, mais il ne trouve plus trace du village. En 1611, il établit un comptoir, lieu d'échange entre les produits européens et les produits locaux comme la fourrure. Mais l'hostilité de tribus indiennes comme les Mohawks l'oblige à abandonner ce comptoir. La colonisation ne commence qu'en 1640 avec la création de la Société Notre Dame de Montréal qui crée une colonie missionnaire de 50 personnes : elle débarque sur le site de Montréal et y construit le fort Ville-Marie. La Société a pour but d'évangéliser les Indiens et d'instruire les colons ; elle crée également l'Hôpital de l'Hôtel-Dieu de Montréal.

Les débuts sont difficiles en raison des attaques par les Iroquois ; on fait venir d'autres colons en 1659. En 1663, la  région de Montréal devient la province royale de la Nouvelle France sous l'autorité de Lois XIV ; la société Notre Dame est dissoute et remplacée par les "Sulpiciens", issus du séminaire de Saint Sulpice. Les échanges avec les Indiens se développent, et les sites de colonisation également, mais non sans batailles sanglantes avec les Iroquois, jusqu'en 1701 où une paix est signée avec les tribus indiennes.

Après une période de développement de l'agriculture et du commerce de la fourrure, la ville se développe et atteint près de 5000 habitants en 1759. Mais la guerre contre les Anglais entre 1754 et 1763 se termine par une victoire des Anglais, ce qui signifie la fin de la Nouvelle France. Une nouvelle bourgeoisie d'origine anglaise ou écossaise commença à se développer, et la population d'origine anglaise est alors largement privilégiée, ce qui crée des troubles : la Rébellion des Patriotes de 1837-1838 oppose la population d'origine française aux Anglais.

La révolte est écrasée par une armée plus forte. Plus tard, ce sont des émeutiers d'origine anglaise qui mettent le feu au Parlement du Canada Uni qui siégea à Montréal de 1843 à 1849. Puis les dissensions diminuent avec le développement industriel, commercial et bancaire. La ville est devenue prospère.

Contenu éditorial Do Tours ©

Quitter la version mobile