Histoire de Los angeles

Los angeles à travers le temps

Histoire de la californie

Avant la colonisation : Des Amérindiens vivaient en Californie depuis au moins 13000 ans : la découverte d’un squelette vieux de 13000 ans le prouve. Mais on sait peu de choses sur la période précoloniale : les nombreuses tribus vivaient séparées dans des villages de 100 à 150 personnes, habitaient dans des tentes, ils parlaient de multiples langues et avaient des modes vie différents suivant qu’ils vivaient près de la mer ou à l’intérieur des terres. Ils vivaient de pêche, de chasse et de cueillette ; peu de tribus pratiquaient l’agriculture. On suppose que ces Amérindiens sont venus d’Asie en passant par l’actuel détroit de Behring, par un chemin qui reliait les deux continents. Les tribus les plus nombreuses étaient les Chumash, Maidu, Miwok, Modoc, Mohave, Ohlone et Tongva ; il y en avait encore une centaine d’autres. En tout ils étaient entre 100000 et 300000 personnes.

La colonisation espagnole : En 1765, Carlos III décide la colonisation de la Californie, qui avait été découverte par plusieurs explorateurs, pour prendre de vitesse les Russes et les Britanniques. En 1769, une armée terrestre arrive sur le site de l’actuelle San Diego, y installe un presidio (fort) et remonte jusqu’à celui de l’actuelle San Francisco. Le franciscain Junipero Serra est alors chargé de construire 21 missions pour convertir les Indiens ; elles seront protégées par des soldats ; 4 presidios sont créés pour protéger les missions. Une partie des Amérindiens accepte la colonisation, bien qu’ils soient parfois exploités, mais il y a des révoltes fréquentes de certaines tribus. Des pueblos (villes) sont également créés : San José (1777), Los Angeles (1781), Santa Cruz (1797). Britanniques, Français, Russes aimeraient bien s’emparer de la Californie, mais ils n’y parviennent pas : les Espagnols occupent une bande côtière de 60 km de largeur. En 1810, les Espagnols nés au Mexique se révoltent contre l’Espagne et au bout d’une longue guerre (1810-1821) obtiennent leur indépendance ; la Californie fait partie du nouveau Mexique. Mais les relations entre le gouvernement central et la Californie sont souvent tendues. En 1846, se déclenche la guerre entre le Mexique et les Etats Unis ; ces derniers gagnent cette guerre et en 1848, le Mexique est forcé de céder la Californie aux Etats Unis.

La Ruée vers l’or : Jusqu’en 1848 il y avait très peu de monde en Californie, mais la rumeur faisant croire qu’il y avait beaucoup d’or à y trouver fit affluer un nombre incroyable de prospecteurs : la ville de San Francisco passa de 800 à 25000 habitants en deux ans. Comme parmi les nouveaux arrivants il y avait de nombreux aventuriers, le changement ne se fit pas sans rixes, bagarres et crimes.

La prospérité : En 1859, on découvrit une importante mine d’argent qui contribua à un regain de prospérité. En 1869, le chemin de fer transcontinental reliant les côtes est et ouest fut achevée, ce qui contribua à développer le commerce entre les deux côtes et à apporter une richesse supplémentaire à la Californie. Une classe très aisée fit son apparition, qui se fit construire des maisons somptueuses. De nombreux Chinois participèrent à la construction de la voie ferrée : leur sort ne fut pas enviable car en plus d’un travail pénible, ils furent souvent rejetés par la population qui leur reprochait de leur prendre le travail.

Les débuts du cinéma : En raison d’un climat très favorable, une bonne partie de l’industrie du cinéma naissant se transféra à Hollywood au début du XXe s. Une bonne occasion pour Los Angeles de prendre son essor, de donner du travail à sa population, de développer sa richesse ; le tourisme qui s’est développé au fil des années est également un atout important pour la ville. Ce qui n’empêche pas une criminalité inquiétante.

La Californie toute entière est assez prospère et une de ses plus grandes réussites est le développement de la Silicon Valley, près de San Francisco, qui est un véritable réservoir d’innovations.

Contenu éditorial Do Tours ©