Histoire de Hô chi minh

Hô chi minh à travers le temps

Les premiers occupants du site ont été des familles de pêcheurs khmers qui se sont installées au bord du fleuve Saigon vers l’année 300. La localité ainsi créée prit le nom de Prei Nokor. Au fil du temps, elle fut occupée par plusieurs royaumes khmers successifs : Funan, Chemla, Angkor, et se développa comme ville portuaire. 

La région du nord du Vietnam était occupée par le peuple des Viets ; comme il ne pouvait s’étendre vers le nord, qui était occupé par la puissante nation chinoise, ils poussèrent vers le sud, et après avoir vaincu le royaume Chemla, ils s’approchèrent de la région de Saigon. 

Après avoir marié sa fille au roi du Cambodge en 1623, le chef viet Nguyen Phuc Nguyen, obtint du roi la permission de lever des impôts à Prei Nokor.

En 1650, après l’effondrement de la dynastie Ming en Chine, de nombreux Chinois s’enfuirent au Vietnam et fondèrent la ville marchande de Cholon.

A la fin du XVIIe s. des troubles et des guerres civiles éclatèrent dans le pays. Nguyen Phuc An affirma son autorité sur Prei Nokor  en1698  et y fit construire une citadelle. Il réunit l’ensemble du pays sous le nom de Vietnam. Il se fit couronner empereur et prit le nom de Gia Long. Ce fut le début du règne des Nguyen qui dura jusqu’en 1945 : il y eut 13 empereurs Nguyen. L’un des empereurs Nguyen parvint à mater la révolte des Tay-Son qui dura de 1771 à 1802. Hué devint la capitale du pays et Saigon le centre de l’administration du sud du pays.

Pendant toute la première partie du XIXe s., la France, qui avait aidé Gia Long à mater la rébellion des Tay-Song, essaya d’obtenir des avantages commerciaux, mais n’y parvint pas. Elle entreprit quelques expéditions quand des missionnaires français, mal vus des autorités, furent exécutés.

En 1859, la marine de guerre française prit Saigon ; la France occupa alors la partie sud du Vietnam. Puis elle progressa vers le nord et fonda la colonie d’Indochine en 1877, laissant  l’empereur en place mais prenant elle-même toutes les décisions. La ville se développa rapidement par la construction de nombreux édifices et de voies de circulation, par l’assèchement des canaux, la plantation d’arbres, la création de parcs : la France voulait faire de Saigon une ville-phare. Mais la population était insatisfaite en raison des impôts trop lourds et la répression impitoyable de tout essai de rébellion. En 1880, la ville atteignit les 100000 habitants.

Entre 1941 et 1945, les Japonais occupèrent le Vietnam mais laissèrent les autorités françaises en place. Une double exploitation du peuple eut des conséquences désastreuses : la saisie en 1944-1945 de toute la récolte de riz entraîna une famine qui fit près d’un million de morts.

La France revint au pouvoir en 1945 et un an plus tard la guerre commença entre les troupes françaises et les rebelles. La France capitula après la bataille de Dien Bien Phu en 1954 et dut se retirer. Le pays fut partagé en deux, aux accords de Genève, et les Américains soutinrent le gouvernement du sud Vietnam en envoyant du matériel et des troupes qui resteront jusqu’en 1973 ; ils durent se retirer devant les succès du Vietnam Nord. Le 30 avril 1975, les Vietnamiens du nord envahissent Saigon et les derniers Américains doivent quitter la ville en catastrophe.

En 1976, le Vietnam est unifié ; les soutiens de l’ancien régime du Sud Vietnam sont envoyés dans des camps de rééducation, une partie de la population essaie de quitter le pays : ce sont les boat people. L’application de l’économie communiste et les restrictions du commerce privé conduisent le pays à une catastrophe économique.

En 1986, l’économie socialiste planifiée est remplacée par l’économie socialiste de marché. Cela entraîne une amélioration radicale : Ho hi Minh Ville passe de 2,8 à 9 millions d’habitants, les conditions de vie s’améliorent, de nombreux édifices sont construits. Le tunnel sous la rivière Saigon est inauguré en 2011. L’inauguration de la tour Landmark 81, haute de 461 m, qui doit contenir un centre commercial, des appartements de luxe, des étages de bureaux et une plateforme d’observation est prévue pour 2018.

Contenu éditorial Do Tours ©