Histoire de Malaga

Malaga à travers le temps

Malakka est fondée vers le IXe s. avant JC par les Phéniciens, sur le mont Gibralfaro, où ils construisent une citadelle et un phare. Le Carthaginois s’y installent vers – 576 et en sont chassés par les Romains en – 219. Ceux-ci développent la ville et le port sur le modèle habituel des villes romaines ; le commerce devient florissant. On a retrouvé les ruines d’un théâtre romain construit sous la domination de l’empereur Auguste. Les Vandales du roi Gonderic prennent le contrôle de la ville en 411, puis les Wisigoths du roi Wallia en 416, puis les Byzantins en 551, sous le règne de Justinien, puis à nouveau les wisigoths du roi Sisebut en 615. La ville est définitivement prise par les Arabes en 743 et ils y resteront jusqu’en 1487. Ils développent l’irrigation, ce qui permet une amélioration de l’agriculture et construisent l’Alcazaba au XIe s., puis le château de Gibralfaro au XIVe s. pour défendre la ville. Le commerce se développe notamment grâce à l’installation d’un comptoir Génois à Malaga. Après la reconquête de Malaga par les Rois Catholiques, la ville se développe de manière irrégulière et souffre de guerres, épidémies et inondations fréquentes. Le développement repart au XIXe s. malgré les troubles en Espagne et le port reprend son activité avec notamment les exportations de vin, de raisins et d’huile. Puis c’est à nouveau la crise avec l’émigration massive des Espagnols en 1960 ; le tourisme permet cependant bientôt de renouer avec l’activité.

Contenu éditorial Do Tours ©