Histoire de Dublin

Dublin à travers le temps

Histoire de l'Irlande : Les premiers et rares vestiges de la présence de l'homme en Irlande remontent au mésolithique (vers – 8000) ; la fonte des glaces avait permis la migration de l'homme vers cette île ; il s'agissait de chasseurs-cueilleurs.

Des traces plus nettes apparaissent ensuite au néolithique (vers – 4000) : les agriculteurs et éleveurs ont laissé des poteries et des pierres polies, des restes de maisons en bois rectangulaires, de petites tombes en pierres et d'impressionnantes tombes mégalithiques (sites de Newgrange, Knowth et Dowth).

Des Indo-Européens arrivent vers – 2100 et introduisent leur organisation en trois classes : prêtres et roi, guerriers, producteurs. En même temps se développe l'âge du bronze, alliage du cuivre et de l'étain, et des objets plus sophistiqués sont fabriqués : parures en or, armes et outils en bronze ; les tombes mégalithiques sont remplacées par des tumulus circulaires.

Les Celtes débarquent vers – 700  et amènent l'âge du métal ; ce sont aussi des Indo-Européens qui ont la même structure hiérarchique que les précédents. Seule la classe des prêtres est plus complexe : Druides, Bardes, Vates sont les trois composants de cette classe. Les premiers s'occupent de la religion, des rituels comme les sacrifices, de la justice et de l'enseignement, les bardes déclament et chantent leurs poèmes, les Vates pratiquent une médecine élémentaire et s'exercent à la divination. Les nombreux clans de Celtes s'allient et finissent par former 4 royaumes, avant d'arriver à former un seul royaume au Ve s., dont la capitale est Tara ; mais l'unité n'est pas stable et la division des clans ressurgit bien vite.

Saint Patrick, fils d'un fonctionnaire britanno-romain, convertit les Celtes d'Irlande assez rapidement au catholicisme, au Ve siècle ; il adopte certaines de leurs structures ; de nombreux monastères sont fondés, dont le principe sera exporté dans le reste de l'Europe.

Au VIIIe s., les Vikings commencent à déferler sur l'Irlande et c'est une suite de razzias, d'attaques de monastères, de destructions, de massacres : les clans de l'île, divisés, n'ont pas été capables de s'unir pour résister à l'attaquant. A partir de 841, une partie des Vikings commence à s'installer dans l'île, à construire des places fortes et à mener der expéditions à partir de ces lieux retranchés. Ils créent notamment la place forte de Dubh Linn près de l'endroit où existait déjà le village celte de Ath Cliath, fondé vers 140 d'après Ptolémée. Mais au tournant de l'an 1000, la situation se renverse : deux rois, Brian Boru et Mael Sechnaill, battent les Vikings qui finissent par se soumettre, puis à s'assimiler à la population locale. Mais les batailles de rois se poursuivent.

Cette mésentente permet aux Anglo-Normands d'envahir l'île : le roi de la province du Leinster fait appel au Comte de Pembroke (pays de Galles) pour conquérir la ville de Dublin en 1169. Le roi d'Angleterre Henri II envahit toute l'île en 1171 et se déclare roi d'Irlande. Mais son autorité se restreindra à une frange de terre autour de Dublin. Le pouvoir des envahisseurs s'installe dans le château de Dublin qu'ils construisent en 1204. La ville se développe bien grâce au commerce, malgré une tentative d'invasion de la part du roi d'Ecosse, la menace constante d'une attaque des clans environnants et une peste sévère en 1348. A partir du XVIe siècle, en raison de l'agitation des clans irlandais, l'Angleterre entreprend une conquête et une colonisation totale de l'île, qui entraîne la venue de nombreux colons anglais et écossais protestants. Une université protestante, le Trinity College, est fondé en 1592 avec l'accord de la reine Elisabeth I. Les conflits d'ordre religieux entre les deux communautés amplifient le ressentiment de la population autochtone envers les nouveaux arrivants. Les protestants prennent les meilleures places, s'attribuent les meilleures terres, les catholiques sont bannis du parlement. En 1801, l'Acte d'Union abolit le parlement d'Irlande et intègre l'Irlande au Royaume d'Angleterre. Les catholiques irlandais ne sont pas admis au Parlement anglais jusqu'en 1829 ; ils y accèdent alors mais le droit de vote n'est donné ni aux pauvres, ni aux indépendantistes. Le Parti Parlementaire Irlandais essaie d'obtenir une autonomie de l'île et l'obtient en 1914 par le "Home Rule Act" ; il n'est pas appliqué en raison de la guerre mondiale. En 1922, la guerre d'indépendance permet à 26 comtés de proclamer l'Etat Libre d'Irlande, puis l'Irlande en 1948.

Contenu éditorial Do Tours ©