Histoire de Vérone

Vérone à travers le temps

Les origines : Les vestiges de maisons et d’ustensiles trouvés sur la Colline Saint Pierre, ont permis de constater que les environs ont été habités entre l’âge du bronze et le début de l’âge du fer (– 1200). Plus tard il semble que le village ait été habité conjointement par des Gaulois Cenomans et des Vénètes, mais dans la région, il y avait également d’autres tribus citées par les auteurs latins, dont les Etrusques.

La période romaine : Au IIIe s. avant JC, les Romains eurent des contacts amicaux avec la population locale, et elle fut souvent leurs alliée. Quand Rome envisagea de coloniser la plaine padane, elle comprit l’importance de Vérone comme base ; elle développa la ville vers l’intérieur de la boucle du fleuve et la fortifia. Au cours de la période républicaine, l’économie de la ville se développa  et se modernisa avec l’aide de Rome. En – 49, César accorda la citoyenneté romaine aux habitants ; la légion s’y installa. Sous l’empereur Vespasien (9- 79) la ville était à son apogée ; elle comprenait 25000 habitants et sa richesse lui permit de construire l’Arena. Puis elle commença à subir les attaques des barbares : l’empereur Gallieno fit construire des murailles plus étendues en 265.

Histoire médiévale : Mais Rome commençait à décliner et, après de nombreuses attaques et dominations diverses, Vérone se retrouva sous la domination de Théodoric le Grand (454-526), roi des Ostrogoths, un roi éclairé, qui avait vécu en otage à Byzance, y avait été éduqué, et devint plus tard l’allié de Byzance. En 488, il avait préparé une expédition en Italie avec l’aide de Byzance et au bout de 5 ans, il avait vaincu le roi Odoacre qui dominait une partie de l’Italie ; il devint roi d’Italie en 493. Il aimait la ville de Vérone qui devint un centre militaire important et il redonna à la ville sa splendeur passée.

Puis, en 569, ce furent les Lombards qui prirent la ville et une bonne partie de l’Italie ; Vérone resta sous leur domination jusqu’en 774.

En 774, les troupes des Francs de Charlemagne vinrent à bout de la résistance lombarde à Vérone ; toute la Lombardie fut placée sous l’autorité des Carolingiens en la personne de Pépin le Bref, fils de Charlemagne.

Vérone passa ensuite sous l’autorité du Saint Empire Romain Germanique et participa aux guerres entre les Gibelins (partisans de cet empire) et les Guelfes (partisans du pape).

En 1136, la ville se libère en se donnant des institutions démocratiques, et elle se détache de l’Empire. Elle crée une Ligne Lombarde qui défait les troupes de l’empereur germanique Barberousse en 1166 à Legnano. La ville républicaine se développe, mais elle retourne sous la domination de l’Empire en 1232, redevient République en 1259, puis en 1277 passe sous la domination de la famille des Scaligeri.

Sous les Scaligeri, Vérone connaît une grande prospérité et une grande activité : de nombreux monuments importants sont construits, qui existent encore aujourd’hui. Mais après des luttes intestines, les Scaligeri s’effondrent au profit des Visconti (1387), puis des ducs de Carrare.

 

 

Domination Vénitienne : En 1405, la ville se place sous la protection de Venise, de son plein gré ; elle y restera jusqu’en 1796. Pendant cette longue période, elle connut une paix relative ainsi que la prospérité et la stabilité. Les arts de la renaissance se développèrent et permirent à la ville d’évoluer.

En 1796, les troupes de Napoléon prirent la ville, et ne s’en retirèrent définitivement qu’en 1815, sans que les habitants le regrettent !

Mais Vérone tomba alors sous la domination autrichienne de 1815 à 1866, domination pas bien acceptée : les idées de l’Unité de L’Italie commencèrent à faire leur chemin, et il y eut plusieurs révoltes contre l’occupation. Vérone est libérée en 1866 ; par un plébiscite, elle accepte de faire partie du Royaume d’Italie.

Contenu éditorial Do Tours ©