Histoire de Lisbonne

Lisbonne à travers le temps

Au cours du néolithique, la région de Lisbonne était habitée  par des ibères qui occupaient aussi une large bande de terre le long des côtes de l’océan Atlantique. Ils ont laissé des dolmens et des menhirs, qu’on voit encore dans les environs de Lisbonne.

On a trouvé des vestiges phéniciens qui montrent que la ville a été sous l’influence de ce peuple de navigateurs et commerçants dès – 1200. Le port naturel formé par l’embouchure du Tage était un lieu idéal pour ancrer les bateaux, apporter des produits de pays lointains et se fournir en produits alimentaires, en chevaux lusitaniens et autres sur le chemin qui les conduisait aux îles Scilly, au sud-est de l’Angleterre. Les Grecs commerçaient également avec les habitants de cette ville qu’ils avaient nommée Olisipo

Occupation romaine : Puis les Carthaginois envahirent une partie de la péninsule ibérique avant d’être repoussés par les Romains. Olisipo se rangea tout de suite du côté des Romains et combattit avec eux. Cela leur valut un traitement privilégié : elle fut intégrée dans l’empire romain en – 205 au titre de commune romaine. La commune appelée Felicitas Julia reçut une autonomie complète, un territoire de 50 km autour de la ville, une exemption totale des taxes et la citoyenneté romaine pour tous ses habitants.

Sous le règne d’Auguste, ils construisirent une enceinte, un théâtre, des thermes, des temples, une nécropole, un forum et des habitations. La ville pratiquait un commerce intense et vendait du sel, du vin, des chevaux, du garum. Elle se débarrassa des pirates, ce qui lui permit de faire du commerce jusqu’à la Cornouaille, au Rhin et à l’intérieur de la Péninsule ibérique. La ville était également en relations étroites avec les villes de Bracara Augusta (aujourd’hui Braga) et Emerita Augusta (aujourd’hui Mérida).

Les invasion germaniques : Le christianisme se diffusa après avoir été combattu et Lisbonne devint une des premières villes chrétiennes. Elle fut envahie par les Alains et les Vandales entre 409 et 429. Les Suèves fondèrent un royaume en Galice entre 429 et 585, dont la capitale fut Bracara Augusta (aujourd’hui Braga). 

En 585, les Wisigoths rattachèrent la ville désormais appelée Ulischbona à leur royaume qui s’étendant sur toute la péninsule ibérique.

La domination arabe : En 711, la ville fut conquise par les Maures ; il s’agissait d’Arabes et de Berbères de l’Atlas. Ils développèrent le quartier de l’Alfama situé sur une colline. La langue officielle fut l’arabe ; il fut permis aux chrétiens et aux juifs de continuer la pratique de leurs religions. La ville fur d’abord intégrée dans le califat omeyade  de Bagdad. Mais quand les Omeyades furent chassés par les Abbassides, ils s’enfuirent dans la péninsule ibérique et fondèrent le califat de Cordoba ; Lisbonne fit partie de ce califat. La ville fut pour une courte période sous le contrôle de la Taifa de Badajoz, puis devint une taifa indépendante.

Après la reconquête :  En 1147, le roi Afonso du Portugal conquit Lisbonne, appuyé par une armée de croisés. Les Maures furent convertis ou chassés, les mosquées transformées en églises, l’arabe aboli. En 1255, Lisbonne devint capitale du Portugal et la première université y fut fondée : elle a été transférée à Coimbra au XVIe siècle.

De nombreux explorateurs partirent de Lisbonne entre les XVe et XVIIe siècles : Bartomomeo Diaz doubla le Cap de Bonne Espérance en 1487 et Vasco de Gama atteignit l’Inde en 1497. Le XVIe s. est l’âge d’or de Lisbonne : la ville devient le centre du commerce de l’Europe avec l’Inde, l’Afrique, l’extrême Orient et plus tard avec le Brésil. Les sources de richesse sont le commerce des épices, du sucre, des tissus. Cette richesse permet le développement de l’art, dont les manifestations les plus visibles sont la Tour de Belem et le Monastère des Hiéronymites. Entre 1580 et 1640, le Portugal perd momentanément son indépendance au profit de l’Espagne. D’autre part, les grandes quantités d’or en provenance d’Amérique ont fait perdre son dynamisme à une partie de la population aisée : pourquoi se démener à faire du commerce, à créer des industries, si on peut acquérir de l’argent facilement ? On assiste à une baisse généralisée de l’économie.

Le Tremblement de terre : Le terrible séisme de 1755 détruisit 85% de Lisbonne : seul le quartier de l’Alfama fut épargné ; tout le centre fut détruit. Une partie des habitants s’étaient massivement rassemblés près de la mer pour échapper aux effondrements des maisons. Mais un gigantesque tsunami déclenché par ce séisme en engloutit un grand nombre. Il y eut 30000 morts sur une population de 250000 habitants. Le Marquis de Pombal, premier ministre de l’époque, s’attacha à la reconstruction de la ville suivant des normes nouvelles.

Les XIXe et XXe siècles : Cette période est très troublée : invasion des troupes françaises, saccages, fuite de la famille royale au Brésil. La contestation politique commença à se développer avec l’émergence du libéralisme. 

En 1908, le roi Charles I du Portugal fut assassiné par des activistes républicains et en 1910, une révolution républicaine renversa le roi et prit le pouvoir. Mais une guerre civile s’installa créant une situation de chaos entre 1910 et 1925. 

De 1926 à 1951, le général Carmosa prend le pouvoir et en 1932, il nomme Oliveira Salazar premier ministre. Il mène une politique autoritaire, inspirée par le fascisme italien, dans le sens de l’Eglise et de la haute bourgeoisie ; il supprime la liberté de presse et les syndicats. Pendant la guerre, le Portugal reste neutre ; beaucoup de réfugiés partent de Lisbonne pour les Etats Unis. 

En 1974, les militaires renversent pacifiquement le régime et instaurent un régime démocratique. En 1988, un grand incendie détruit le quartier du Chiado ; il est reconstruit en reproduisant les façades initiales. 

En 1998 l’exposition universelle se tient à Lisbonne : cela a été l’occasion de développer un très beau quartier avec le Quartier des Nations et le pont Vasco de Gama long de 17 km.

Contenu éditorial Do Tours ©