Histoire de Glasgow

Glasgow à travers le temps

Le site de Glasgow a été occupé depuis la préhistoire : à cet endroit, on pouvait traverser la rivière Clyde à gué, non loin de son point de confluence avec le Molindar Burn. Les premiers habitants y pratiquaient notamment la pêche au saumon. Plus tard ce sont des Celtes qui habitèrent la région appelée Caledonia par les Romains ; la Caledonia ne fut jamais occupée complètement par les Romains : ils construisirent un mur pour protéger leur colonie, la Britannia, des intrusions des Celtes.

La ville de Glasgow fut fondée par le missionnaire chrétien Saint Mungo au VIe s., à l’endroit où se trouve aujourd’hui la cathédrale Saint Mungo, sur une rive du Molindar Burn. La région devint le Royaume de Strathclyde avec pour capitale Dumbarton. Aux Xe et XIe siècles, l’évêché de Glasgow devint l’un des plus riches d’Ecosse grâce à l’action du roi James I et de l’évêque John Capellanus.

En 1178, Glasgow devint encore plus prospère quand l’évêque Jocelin obtint du roi William I le statut de bourg ; en 1189 elle obtint même la permission d’accueillir une foire ce qui lui permit de développer son commerce. Cette prospérité permit la construction d’une cathédrale en pierres en 1136 qui fut remplacée par une seconde cathédrale en 1197 ; elle sera constamment restaurée jusqu’à nos jours. L’Université fut fondée en 1451 par une bulle papale et installée dans des locaux voisins de la cathédrale.

La Réforme de 1560 entraîna l’interdiction du culte catholique et les presbytériens s’installèrent dans la cathédrale. Les Presbytériens, d’influence calviniste,  n’acceptent pas la hiérarchisation (diacre, prêtre, évêque, pape) et organisent des conseils locaux ; ils pensent que tous les fidèles sont des prêtres et peuvent s’investir à des niveaux différents. En Ecosse le presbytérianisme s’est développé avec John Knox. La cathédrale fut débarrassée de ses statues et de ses décorations qui furent cachées par la peinture. Au XVIIe s., l’Université abandonna les environs de la cathédrale et obtint un édifice approprié.

Au XVI s., les corporations commencèrent à se développer, comme celle des commerçants et des artisans, en particulier celle des tailleurs. Avec la découverte du nouveau monde, le commerce se développa surtout à partir de 1651, après la promulgation du « English Navigation Act », qui interdisait aux navires européens de transporter des marchandises en Angleterre et de faire du commerce avec des colonies anglaises. Cela permit à l’Ecosse de développer le commerce avec l’Angleterre. Quand en 1707, l’Ecosse s’unit à l’Angleterre, Glasgow développa son commerce avec les colonies et put importer tabac, coton et sucre. Glasgow devint même le premier port importateur de tabac. Mais en 1760 avec la guerre d’indépendance des Etats Unis, le commerce déclina ; entre temps les « Tobacco Lords » étaient devenus riches et développèrent le commerce de textile avec l’Inde. Le commerce se développa alors dans des directions pus variées

Au XIXe s., les marchands enrichis construisirent de riches maisons, et même des églises et des bâtiments publics : Merchant City, City Chambers, Trade Chambers, Mitchell Library. En raison de cette richesse la population augmenta de 32000 en 1750 à 200000 en 1850. Le drainage de la Clyde permit aux navires de pénétrer dans la ville et on commença à construire des navires dans un chantier naval situé au bord de la Clyde. Glasgow devint un des plus importants et réputés constructeurs de navires marchands et de guerre au monde : ces bateaux étaient construits en acier. La ville s’industrialisa grâce à des gisements de charbon et de fer voisins ; des usines textiles utilisant laine et coton se développèrent. 

Le développement s’arrêta en 1929 comme partout, et la ville connut une période difficile, mais un plan de redressement radical, rédigé par Robert Bruce, fit son effet : destruction des vieilles maisons, nettoyage des façades, construction de bâtiments nouveaux, amélioration des transports, déplacement vers l’extérieur d’une partie de la population, remplacement de l’industrie lourde par une industrie tournée vers les services. Glasgow est redevenue une ville très agréable.

 

 

Contenu éditorial Do Tours ©