Histoire de Stockholm

Stockholm à travers le temps

Préhistoire :

 

Jusqu'en - 11000, la plus grande partie de la Suède était recouverte par une calotte glaciaire ; seule la Scanie (sud du pays) était épargnée et l'actuelle mer baltique formait un lac glaciaire. La glace commença à fondre et, vers -8500, l'océan atlantique s'engouffra dans le "lac baltique" pour former une mer. Ce n'est que vers -4500 que la Suède prit son aspect actuel. Les premières traces de peuplement humain remontent cependant à -8000 en Scanie, où on a découvert des peintures rupestres à Massleberg.

 

Durant le paléolithique supérieur (-8000; -7000), les hommes sont des chasseurs-cueilleurs. Ils vivent dans la toundra dont la végétation est formée d'herbacées, surtout des lichens ; ils chassent surtout le renne. Petit à petit les bouleaux et les sorbiers apparaissent ; puis c'est le tour des conifères et enfin la taïga s'installe progressivement : il s'agit d'un paysage parsemé de lacs et contenant beaucoup de conifères.

 

Au cours du mésolithique (-7000; -5000), les hommes évoluent vers le nord au fur et à mesure de la fonte des glaces. Ils chassent le renne, pêchent le saumon, ils ont maîtrisé le feu, ont des bateaux et des outils en pierre. Puis apparaissent les aurochs, les élans, les cerfs, les visons, les phoques qui apportent de nouvelles ressources à l'homme.

 

Le néolithique (-5000; -1800) voit l'apparition des poteries, de l'agriculture et de la domestication des animaux. Diverses formes de céramiques se succèdent ; la dernière est la céramique cordée caractéristiques des peuples indo-européens qui ont envahi la Scandinavie.

Protohistoire

Au cours de l'âge du bronze (-1800; -500), la société se construit sous forme de clans hiérarchisés. Les échanges avec des pays européens se développent surtout avec les îles britanniques, puis plus tard avec les Celtes et les Romains.

Avec l'âge du fer apparaît l'exploitation des mines de fer ; de nombreux outils en fer sont développés, mais aussi des casques, des armes, des cuirasses qui permettent la montée de l'agressivité et des conquêtes ; on fait des prisonniers, on les réduit à l'esclavage.

Les Vikings (800-1050)

Les Vikings suédois (Varègues) ont surtout cherché à développer le commerce vers l'est, grâce à la qualité de leurs navires. Ils ont remonté des fleuves de la Russie, Volga et Dniepr,  et ont même atteint Constantinople et Bagdad. Ils développent de petits états prospères en Russie, mais ils s'assimileront assez rapidement à la population locale. Le christianisme fait son apparition au IXe s., mais il ne s'implante durablement qu'à partir de la fin du XIe s. autour du lac Mälar et à Uppsala.

Les premiers royaumes suédois (1050-1389)

La Suède s'unifia petit à petit, grâce en partie à l'influence de l'église, qui fit évoluer les rapports entre les clans ennemis. Un roi s'imposa d'abord régionalement, puis à une plus grande échelle : c'est Olof Skötkonung qui commença à avoir une certaine autorité au Xe siècle. Mais ce n'est qu'avec Sverker l'Ancien et ses descendants, puis Erik Jedvarsson et sa lignée que l'autorité royale s'affirma réellement à partir du XIIe s.

En 1252, le "Jarl" (roi) Birger fonda Stockholm pour protéger le lac Mälar, et la ville se développa très rapidement, attirant de nombreux marchands allemands. Birger régna jusqu'à sa mort en 1266. Son fils Waldemar sera déposé en 1275 par son frère Magnus Ladulås. La Suède fut alors découpée en fiefs dirigés par des nobles exemptés d'impôts. Après de longues querelles et assassinats entre les héritiers de Magnus Ladulås, on arrive au règne de Magnus IV qui resta au pouvoir jusqu'en 1363. Sous son règne s'instaura une réduction des pouvoirs du roi, qui ne pouvait pas prendre de décision sans l'accord d'un Conseil du Royaume. Un conflit entre la noblesse et le roi, la peste (1359) et des conquêtes danoises en Suède déstabilisèrent le royaume.

L'Union de Kalmar (1389-1523)

Suède, Danemark et Norvège se réunirent sous l'autorité d'un seul roi ; mais assez rapidement les Suédois se révoltèrent contre des souverains trop autoritaires et obtinrent une certaine autonomie en 1440. Il s'ensuivit une période de désordres : les nobles luttaient entre eux pour les fiefs, certains acceptant l'autorité du roi du Danemark, d'autres non. Le roi Christian II du Danemark réprima une révolte dans le sang en 1520, ce qui déclencha une insurrection encore plus importante et permit à Gustav Vasa d'arriver au pouvoir en 1523 et de chasser les Danois. Son arrivée au pouvoir marque la naissance de la Suède moderne.

Gustav Vasa et ses fils (1523-1611)

Gustav régna jusqu'à sa mort en 1540. Il signa la paix avec le Danemark et prit part à la guerre de ce pays contre Lübeck, qui étouffait l'économie des deux pays. Il assainit la situation financière, développa l'agriculture et l'élevage, restreignit le pouvoir du Riksdag (parlement) et l'obligea à remplacer le régime électoral pour le roi par un pouvoir héréditaire. Il confisqua une partie des biens de l'Eglise et adopta le luthérianisme. Après cette période faste, les fils ne continuèrent pas l'œuvre de leur père : rivalités, dépositions, guerres avec la Pologne, la Danemark, la Russie. Une période sombre.

Le XVIIe siècle

Le roi Gustav Adolphe (1611-1632) régla de nombreux problèmes par une activité diplomatique intense et par des guerres : paix avec le Danemark et rétrocession des régions conquises, paix de Stolbovo avec la Russie qui cèda deux provinces à la Suède, guerre contre la Pologne avec annexion d'une province, participation victorieuse à la guerre de trente ans entre catholiques et protestants. A l'intérieur, il affaiblit le pouvoir du Conseil du Roi, mais augmenta celui du Riksdag. Les lois et décisions qu'il proposait pouvaient être rejetées par les provinces qui pouvaient donc contester les décisions du roi. Dans sa réforme, il fut brillamment secondé par son chancelier, Axel Oxenstierna. Le roi mourut à la bataille de Lützen.

Sa fille Christine qui avait 5 ans quand il mourut ne régna que jusqu'en 1654, après la régence d'Axel Oxenstierna. La période correspond à de nombreuses victoires qui permirent à la Suède de conquérir des territoires. La reine abandonna le pouvoir pour se convertir au catholicisme et se rendit à Rome où elle resta jusqu'à la fin de sa vie

Les guerres Nordiques (1654-1718)

La longue période de guerres conduites par les rois Charles X, XI et XII fut assez désastreuse pour la Suède qui perdit la plupart des territoires conquis auparavant. 1718 marqua la fin de l'âge d'or du pays. Quand on fait le bilan du nombre de morts nécessaires à la conquête, la perte, la reconquête, puis finalement la perte d'un territoire, on peut douter de l'intelligence humaine.

 

Bonnets et Chapeaux (1719-1772)

La reine Ulrique Eléonore, sœur de Charles XII, accéda au trône en 1719 suivie par son fils en 1720 ; ils acceptèrent du Riksdag la réduction de leurs pouvoirs. Le chancelier Arvid Horn conduisit une politique pacifique et rétablit la prospérité du pays. Mais une nouvelle génération de nobles et de politiciens agressifs traita les dirigeants de "Bonnets de nuit" alors qu'eux-mêmes se traitaient de "Chapeaux". Ils parvinrent à évincer Horn en 1738, prirent le pouvoir, s'allièrent à la France, se lancèrent dans des guerres désastreuses, et furent éliminés du pouvoir en 1772.

Gustav III et son fils (1771-1809)

Le roi Gustav III rétablit son autorité par un coup d'état pacifique. Il gouverna le pays en despote éclairé, développant les arts, créant l'Académie de Suède, l'Opéra Royal, le Théâtre dramatique Royal. Il fut contraint cependant de mener une guerre contre la Russie en 1788, sans victoire décisive. Il fut assassiné en 1792, ses adversaires le considérant comme un tyran.

Son fils Gustave IV qui prit des décisions militaires contestées fut déposé en 1809.

La dynastie Bernadotte

Le roi Charles XIII qui arriva au pouvoir était vieux et il fallut lui trouver un successeur. Finalement le choix se porta sur le général de Napoléon, Bernadotte. Il s'adapta rapidement à la Suède et conduisit une politique sage qui permit à la Suède de retrouver sa prospérité : amélioration des techniques agricoles, défrichement de nouvelles terres, protectionnisme. Son fils Oskar II lui succéda en 1844 ; il fut confronté à une opposition libérale. Son successeur Charles XV (1859-1872) dut concéder de grandes réformes libérales et libre-échangistes : suppression des barrières douanières sur les céréales, liberté d'entreprise, abolition des châtiments corporels, Riksdag à deux chambres élu au suffrage censitaire. Le pays s'industrialisa (textiles, bois) mais la population resta pauvre et une partie émigra aux Etats Unis à partir de 1850. Les rois suivants eurent surtout un rôle représentatif et la démocratie s'affermit dans le pays.

Contenu éditorial Do Tours ©